Evaluation

ICO meVu – le betfair de la blockchain

image meVu

Background

En juin 2000, deux jeunes entrepreneurs anglais – Andrew Black et Edward Wray – surfant sur la vague de ce qui était alors le boom des dotcom, ont mis sur pied une bourse de paris en ligne basée au Royaume-Uni qui s’appelait Betfair.

L’idée derrière le projet Betfair était simple : donner aux utilisateurs sur sa plateforme la possibilité de créer leurs propres marchés de paris. Si d’autres utilisateurs ont accepté les conditions de ces marchés, ils n’avaient qu’à cliquer sur un bouton qui bloquait les deux parties dans un contrat (avec leurs fonds). La totalité de ces fonds (moins la commission pour la plateforme elle-même) était ensuite réattribuée au gagnant une fois le résultat de l’événement connu.

Il s’agissait d’une utilisation de la technologie Internet que nous tenons maintenant pour acquis. À l’époque, cependant, l’idée était si nouvelle que la popularité de la plate-forme a augmenté de façon exponentielle, ce qui s’est traduit par une évaluation de l’entreprise à 2,3 milliards de dollars seulement six ans après sa création. Aujourd’hui, cette capitalisation boursière se situe autour de 10 milliards de dollars US.

Bien sûr, Betfair était l’une des nombreuses start-ups de l’époque qui cherchaient à tirer parti de la nouveauté d’Internet pour perturber l’industrie du jeu telle qu’elle existait à l’époque. La plupart d’entre eux, naturellement, ont échoué – mais le succès de Betfair a démontré un point important : beaucoup de joueurs aiment être plus que des participants passifs ; ils veulent être capables de créer des marchés et de dicter les conditions de ces marchés en accord avec leur propre évaluation des risques par rapport à l’équation des récompenses.

Quinze ans plus tard, nous sommes maintenant fermement implantés dans une ère Internet qui est elle-même en train de subir la métamorphose qui découle de la technologie de la blockchain. Le changement le plus fondamental qu’apportera la blockchain sera sans doute les plates-formes sans tiers de confiance qu’elle inspire – des réseaux décentralisés où personne n’a le contrôle, et c’est le consensus du réseau qui dicte quelles transactions sont engagées et lesquelles sont omises.

Et c’est précisément à la base de ce concept décentralisé que l’équipe du projet meVu cherche à créer une plateforme de jeu P2P qui proposera le genre de flexibilité que Betfair n’est pas en mesure d’offrir.

Whitepaper

La proposition de meVu est simple : la plateforme donne aux utilisateurs la possibilité de faire des paris avec d’autres utilisateurs. De nombreux paris seront proposés sur des marchés sportifs traditionnels: football, football américain, tennis, rugby, rugby, cricket et basket-ball, par exemple. D’autres, en revanche, seront créés par les utilisateurs eux-mêmes – et ces marchés seront simplement définis par les limites de notre propre imagination, et pas nécessairement liés au sport.

Certains peuvent offrir, par exemple, un marché avec des cotes attrayantes sur, disons, Donald Trump qui repeint la Maison-Blanche en rouge. Et, disons pour les besoins de l’argumentation, qu’il l’a peint – mais maintenant il y a un débat sur la couleur réelle que certains considèrent comme quelque chose qui ressemble plus à un rose charnu.

Alors, comment résoudre le pari ? La réponse est le mécanisme de règlement des différends de meVu qui demande aux oracles – détenteurs d’un jeton de MVU qui soumettent leur opinion sur un résultat controversé – de rendre leur jugement, et la bonne réponse est jugée être celle qui concorde avec la majorité.

Naturellement, tout cela est géré par des contrats intelligents basés sur une blockchain – ce qui signifie que les résultats ne sont pas ouverts à la manipulation – à moins que quelqu’un ne soit allé dans les profondeurs improbables de l’achat d’une majorité de tokens MVU pour s’assurer que le résultat émerge en leur faveur (une stratégie coûteuse et probablement contre-productive pour gagner le pari).

Les oracles dont la soumission se rapproche de la majorité sont récompensés, tandis que ceux qui ont été considérés comme ayant soumis une réponse incorrecte sont pénalisés. En d’autres termes, les menteurs et les manipulateurs seront amenés à payer. Une transparence intelligente garantie par contrat et une série de mécanismes d’incitation qui découragent les mauvais acteurs forment donc le cœur de cet écosystème des jeux d’argent décentralisés.

Un autre aspect important de la plate-forme est l’accent qu’elle met sur l’aspect social du jeu P2P interactif. Grâce à leurs avatars, les utilisateurs en ligne pourront discuter avec d’autres utilisateurs et se regrouper et former des pools pour créer des marchés ensemble. Il s’agit d’un avantage différenciateur qui peut simplement donner à la plate-forme la capacité de créer le genre d’effet de réseau que d’autres projets financés par ICO ont généralement du mal à obtenir.

Tokenomics

Le jeton MVU natif de la plate-forme ne sert pas nécessairement (mais peut le faire) comme moyen d’échange. meVu est censé fonctionner sur la plate-forme Ethereum et, pour les utilisateurs de navigateur de bureau, impliquera l’utilisation du plug-in de navigateur MetaMask. Les utilisateurs se verront alors offrir la possibilité de soumettre leurs paris en Ether également.

Que ces paris soient placés en Ether ou en MVU, une commission est prélevée par la plateforme elle-même – de 1,5% à 3% selon la nature du marché, le moyen de paiement (ETH ou MVU – les frais sont plus petits pour ce dernier) et s’il y a ou non un litige au résultat final.

Mais ce qui rend l’économie du token intéressante, c’est la gestion de ces frais : on peut consulter tous les détails dans le livre blanc, mais une fraction est allouée pour Oracles, une fraction est envoyée à un pool qui finance une loterie mensuelle, et une autre fraction est simplement brûlée (lorsque le paiement est effectué en MVU).

En d’autres termes, l’ensemble de l’écosystème est conçu pour encourager une participation accrue (demande) tout en réduisant la quantité de MVU en circulation (offre). La participation sera également stimulée par le biais d’un programme de parrainage où les utilisateurs sont récompensés (avec ceux qu’ils présentent) pour avoir amené d’autres personnes dans le réseau.

Team

Les deux principaux responsables de l’équipe du projet sont les fondateurs, Kelvin Coelho et Tim McCulloch, tous deux canadiens d’origine et de formation, à en juger par leurs comptes LinkedIn. Leur jeune âge soulèvera probablement quelques points d’interrogation quant au manque d’expérience de l’industrie – une observation qui est aussi valable pour le reste de son équipe affichée sur le site de l’ICO – mais qui ne semble pas avoir découragé une série de fonds de capital-risque de prendre une participation financière active dans le projet.

 

 

Coelho est diplomée en affaires, McCulloch est développeur, un mix complémentaire qui est complété par cinq autres membres de l’équipe principale qui couvrent un éventail de compétences allant du blockchain et du full-stack jusqu’au marketing et au secteur du sport.

Roadmap

La feuille de route est simple dans son ensemble, couvrant une période de dix-huit mois qui a commencé en septembre 2017, au moment où le projet a été conçu.

L’un des faits marquants est la sortie du produit MVP, prévue pour coïncider avec la prochaine Coupe du monde (soccer) à la mi-juin – au cours de laquelle les premiers utilisateurs de la plateforme pourront tester ses premières fonctionnalités et obtenir des récompenses pour des prévisions de résultats corrects.

Conclusion

Il y a deux aspects essentiels à toute ICO lorsqu’il s’agit de juger de sa capacité à attirer un nombre critique d’utilisateurs pour faire de son produit un succès : le concept et l’exécution.

L’exécution est extrêmement difficile à juger, en particulier pour des projets comme ceux-ci qui, par définition, n’en sont encore qu’à un stade très précoce de leur développement, et nous nous abstenons donc généralement de le faire.

En ce qui concerne le concept lui-même, cependant, nous pensons que l’équipe propose un projet qui est parfaitement adapté à la blockchain.

Fondé en 2018, journaldutoken.com a pour but de vous livrer tous les développements afférents aux ICOs - les nouvelles technologies propulsées par les start-ups de la blockchain - ainsi que les crypto-monnaies qui y sont associées.

Copyright © Journal Du Token, Paris 2018.

To Top
%d blogueurs aiment cette page :