Actualités

La SEC se penche sur les hedge funds investissant dans les ICOs

Les ICOs attirent beaucoup d’intérêt pour les entreprises qui cherchent un moyen innovant de lever des fonds tout en contournant les méthodes de financement traditionnelles. En théorie, plus ou moins n’importe qui peut investir dans une ICO, ce qui représente une sorte de démocratisation de l’ancien modèle de capital-risque.

Cependant, on oublie souvent que des institutions financières plus traditionnelles sont également présentes dans ce nouveau monde, créant ainsi un écosystème secondaire.

ÉVALUATION DES ICO

Selon l’Autonomous Research, en janvier de cette année, il y avait plus de 200 hedge funds dans l’espace crypto-monnaie et ICO, gérant entre 3,5 et 5 milliards de dollars. Si nous savons quelque chose au sujet des organismes de réglementation financière, c’est que cet argent ne sera pas laissé sans surveillance pour longtemps.

Bloomberg signale que la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis se penche sur ces fonds. Leurs principales préoccupations : comment ces fonds protègent-ils les actifs des clients et comment les valorisent-ils ?

Pour répondre à ces questions, la SEC a envoyé un certain nombre de demandes aux fonds, leur demandant comment ils fixaient le prix des actifs numériques et comment ils assuraient la sécurité des investissements de leurs clients. Un plus petit nombre de fonds ont reçu des assignations à comparaître – des avis indiquant qu’ils font l’objet d’une enquête pour infraction potentielle.

Les valorisations sont particulièrement importantes dans le monde des hedge funds car les frais sont généralement facturés à un client sous la forme d’un pourcentage de la valeur de ses actifs. Des valorisations élevées signifient des frais élevés.

Lorsque les actifs sous-jacents sont des tokens ICO, leur valeur peut être particulièrement opaque, car ils sont souvent négociés sur des bourses dont la transparence est limitée et qui ne font l’objet d’aucune surveillance fédérale.

L’enquête sur les fonds spéculatifs est une preuve supplémentaire des préoccupations de la SEC concernant les ICO. Bien que le président de la SEC, Jay Clayton, n’ait jamais suggéré que le modèle soit interdit, il considère les tokens comme des valeurs mobilières et estime que celles-ci devraient être soumises aux mêmes restrictions que les autres valeurs mobilières.

Pour Peter Van Valkenburgh du Coin Center, cette action n’est pas une surprise. « La SEC a adopté une approche très délibérée dans cet espace « , a-t-il dit, ajoutant :  » Je pense qu’ils essaient simplement de prendre le contrôle du vaste écosystème « .

Clayton est particulièrement préoccupé par le potentiel de fraude généralisée, et ce qu’il craint, c’est une appréciation insuffisante par les investisseurs des risques encourus.

Il semble que le monde de l’ICO devrait s’habituer à une surveillance accrue, bien que si cela se traduisait par une plus grande confiance des consommateurs, le prix à payer en vaudrait la peine.

Fondé en 2018, journaldutoken.com a pour but de vous livrer tous les développements afférents aux ICOs - les nouvelles technologies propulsées par les start-ups de la blockchain - ainsi que les crypto-monnaies qui y sont associées.

Copyright © Journal Du Token, Paris 2018.

To Top
%d blogueurs aiment cette page :