Bitcoin

Ajusté à l’inflation, Bitcoin n’a pas dépassé son niveau record

Ajusté à l'inflation, Bitcoin n'a pas dépassé son niveau record

Le sommet historique du Bitcoin (BTC), à 69 325 $, n’a pas été couvert contre l’inflation – ce qui affaiblit l’idée selon laquelle cet « or numérique » est une réserve de valeur efficace. Lorsqu’on mesure l’inflation, le bitcoin, malgré son rebond notable ces derniers mois, vaut toujours techniquement moins qu’il ne valait à son précédent sommet de novembre 2021.

Ceci est un extrait de la newsletter The Node, un résumé quotidien des actualités cryptographiques les plus importantes sur CoinDesk et au-delà. Vous pouvez vous abonner pour recevoir l’intégralité bulletin d’information ici.

Selon le calculateur d’inflation américain, le coût d’un seul BTC aujourd’hui – à environ 67 000 $ au moment de la rédaction de cet article – devrait atteindre 78 905,45 $ pour revendiquer la même valeur que le Bitcoin en 2021, l’année où il a connu pour la dernière fois un niveau record. Bien sûr, cela pourrait être davantage une condamnation du dollar américain que du bitcoin, qui a augmenté de plus de 230 % d’une année sur l’autre.

En d’autres termes, le pic du marché du Bitcoin fixé cette semaine aurait la même valeur d’achat que 60 907 $ en 2021, 55 097,30 $ en 2017 et 52 363,34 $ en 2013 – des années qui ont vu une appréciation significative du prix de la première cryptomonnaie.

Le fait qu’un actif volatil comme le bitcoin n’ait pas suivi l’inflation (au moins depuis le dernier ATH) est un peu une fausse piste si l’on considère le chemin parcouru. Par exemple, un bitcoin dans le portefeuille de quelqu’un aujourd’hui vaudrait 48 395,13 dollars en 2008, lors de son lancement initial, et n’avait aucune valeur marchande. Le Bitcoin a atteint pour la première fois la parité avec le dollar américain en février 2011 et n’a cessé de progresser depuis.

Le rallye actuel – stimulé par le lancement réussi des fonds négociés en bourse (ETF) Bitcoin sur le marché au comptant et d’autres facteurs contributifs – a cimenté dans l’esprit des gens que la crypto ne disparaîtra pas, même si elle ne continue pas à grimper. La liste des personnes prêtes à déclarer que le bitcoin est mort diminue et la liste de ses partisans ne fait que s’allonger.

De plus, le bitcoin a atteint de nouveaux sommets historiques en dehors des États-Unis – dans l’UE, au Japon, en Turquie, etc. – compte tenu du taux de dépréciation de la monnaie par rapport au dollar. L’indice du dollar américain (DXY) a gagné 10,7 % depuis novembre 2021, ce qui signifie que de nombreuses devises à travers le monde ont perdu de la valeur.

L’une des plus grandes propositions de valeur du Bitcoin est l’idée qu’il conservera mieux sa valeur que les monnaies fiduciaires. Alors que la Réserve fédérale semble avoir orienté une économie ravagée par un arrêt mondial provoqué par une pandémie vers un « atterrissage en douceur », nombreux sont ceux qui ont encore perdu confiance dans la capacité des technocrates à gérer les finances américaines. Au total, le gouvernement américain a imprimé 13 000 milliards de dollars rien que pendant la crise du COVID, ce qui s’est traduit par une augmentation des prix des biens de consommation.

Il est intéressant de noter que le bitcoin augmente parallèlement à l’or physique, ce que la chercheuse en cryptographie Nicole Acheson attribue à la pression d’achat accrue de la part des banques centrales du monde entier. « Le World Gold Council a rapporté que les banques centrales ont augmenté leurs réserves officielles d’or de 39 tonnes en janvier, soit plus du double de l’augmentation nette observée en décembre », a-t-elle écrit dans le bulletin d’information « Crypto Is Macro », soulignant que la Turquie, la Chine, l’Inde et le Kazakhstan sont diriger les achats.

Il est difficile de dire comment le bitcoin fonctionnera à long terme, mais, psychologiquement, de nombreux détenteurs se sentent sûrs que le réseau sera plafonné à 21 millions de pièces – en théorie – ce qui pourrait être qualifié de « politique monétaire » plus prévisible et potentiellement déflationniste. Ceci est d’autant plus pertinent compte tenu des performances du Bitcoin pendant une période de taux d’intérêt élevés, ce qui, selon la plupart des analystes, ferait baisser les prix des cryptomonnaies.

Bitcoin s’est apprécié de plus de 50 % depuis le début de l’année, établissant un niveau record quelques semaines seulement après le lancement des ETF Bitcoin, dans une période de pessimisme sévère du marché. Il n’est pas exclu qu’il grimpe encore de 10 000 dollars et dépasse son prix ajusté à l’inflation. Quoi qu’il en soit, la valeur réelle du Bitcoin ne devrait pas être son prix en dollars, mais ce que vous pourriez en faire.

To Top