Actualités

L’économiste Max Keiser élabore une stratégie pour contrer la manipulation du prix de Bitcoin

Bitcoin

L’investisseur américain Trace Mayer et le journaliste Max Keiser viennent d’élaborer une nouvelle stratégie pour contrer la manipulation du prix du Bitcoin.

Mayer, avocat de la crypto-monnaie et féroce défenseur de l’indépendance de Bitcoin de tout organe central, exhorte les détenteurs de BTC à retirer leurs crypto-actifs des bourses à l’occasion du dixième anniversaire de Bitcoin.

Cette initiative, nommée « Preuve des Clés » aura donc lieu le 3 janvier 2019 afin d’encourager la communauté Bitcoin à retirer tous ses avoirs BTC des bourses, aussi réputés soient-ils, et à les placer dans un ou plusieurs portefeuilles où ils exercent eux-mêmes le contrôle des clés privées.

Rétablir la confiance

La motivation de Meyer découle de son observation selon laquelle les transactions BTC sur les marchés boursiers sont beaucoup plus élevées que le nombre de BTC en circulation, en raison du fait que les opérations intra-boursières sont généralement effectuées hors chaîne, ce qui suscite des soupçons de pratiques de réserve fractionnaire.

En d’autres termes, d’après certains observateurs, les bourses crypto se comportent de plus en plus comme des banques traditionnelles en jouant avec du Bitcoin virtuel.

Ce n’est que lorsqu’un utilisateur retire sa BTC de la bourse que la transaction correspondante est enregistrée sur la blockchain. Les autres transactions qui s’effectuent à l’intérieur de la bourse sont gérées, pour la pluplart, par des mécanismes propres aux bourses elles-mêmes.

Ce système fonctionne tant que la réserve fractionnaire est suffisante pour répondre à la demande des utilisateurs, mais sur le long-terme de telles pratiques risquent de provoquer une crise de liquidité comme celle observée en 2008 lors de la crise financière mondiale.

L’un des premiers à se rallier à cet appel à l’action de Meyer est l’économiste Max Keiser qui a consacré la seconde partie de sa dernière émission à mettre l’accent sur les principes fondamentaux de cette approche de preuve des clés.

« Le bitcoin est de l’argent dur, » affirme Keiser, mais « grâce à cette réhypothécation on peut avoir un nombre infini de détenteurs » du même actif, ce qui permet à son tour de nombreuses possibilités « de contrôler les prix. »

« Si la majorité des détenteurs de Bitcoin réaffirmait le contrôle de ses clés privées, » conclut-il, « …cela diminuerait, voire éliminerait, le risque de réhypothécation… c’est donc un moyen de riposter.«

To Top
%d blogueurs aiment cette page :