Actualités

Le livre blanc de Bitcoin fête ses dix ans

Anniversiare Bitcoin

Au départ, il s’agissait d’un document éclectique composé de neuf pages distribué par courrier électronique à un nombre limité de spécialistes en cryptographie.

Aujourd’hui, à l’occasion du dixième anniversaire de sa publication, « Bitcoin : A Peer-to-Peer Electronic Cash System«  a donné naissance à une industrie qui vaut 200 milliards de dollars et qui, malgré cela, n’en est encore qu’à ses débuts.

Le grand public essaie encore d’évaluer l’impact du phénomène de la crypto-monnaie à long terme. Et une vraie compréhension de celui-ci nécessitera, selon certains analystes, encore dix ans.

« La boîte de Pandore est ouverte »

« La boîte de Pandore est ouverte, »  a déclaré M. John McAfee, ardent promoteur de Bitcoin, à la conférence Shape the Future qui s’est tenue la semaine dernière à Hong Kong.

C’est sans doute l’expression la plus appropriée pour désigner la technologie de la blockchain elle-même qui nous a ouvert d’innombrables possibilités – dont beaucoup apporteront des avantages, dont certaines n’en apporteront certainement pas – mais qui, dans leur ensemble, nous préparent un parcours intéressant pour les années à venir.

Alors que le monde continue à surveiller l’évolution de la Blockchain, le Journal Du Token a compilé une petite liste des faits les plus intéressants sur le Bitcoin et les crypto-monnaies plus généralement.

Les créateurs originaux de Bitcoin détiennent toujours 980 000 BTC

Il y a un peu moins d’un million de bitcoins qui continuent d’être stockés dans des portefeuilles dit ‘froids’, ramassés à partir des opérations minières du réseau Bitcoin quand celui-ci en était encore à ses premiers balbutiements. Selon l’hypothèse générale, les clés privées de ces portefeuilles restent entre les mains de Satoshi Nakamoto, le pseudonyme du/des créateur(s) de Bitcoin.

A la mi-décembre 2017, quand le prix de BTC s’élevait à 20000 $, la valeur de ces portefeuilles équivalait à un peu moins de 20 milliards de dollars, ce qui représentent 6,7 millions de dollars pour chaque ligne de code source C++ dont est constitué le protocole original de Bitcoin.

Au même moment, Satoshi entre brièvement dans la liste de la revue d’affaires américaine Forbes qui le classe parmi les cinquante hommes les plus riches au monde.

Néanmoins, toutes ces observations relèvent d’une discussion purement académique puisque pas un seul bitcoin n’est jamais sorti de ces portefeuilles de Satoshi.

50 millions – le nombre de crypto-enthousiastes

En vertu de la nature anonyme de la technologie blockchain, il n’existe aucune méthode précise de déterminer le nombre de personnes qui détiennent du bitcoin ou d’autres crypto-monnaies. Néanmoins, selon certaines estimations, ce chiffre s’élève au moins à 50 millions.

Les hommes sont deux fois plus susceptibles que les femmes de posséder de la crypto-monnaie, et on estime que la compétence en crypto-monnaie est la plus élevée chez les Japonais et les Sud-Coréens, où un peu plus de 10 % de la population des deux pays ont effectué au moins une transaction crypto. Au Royaume-Uni, ce chiffre s’élève à 9 % comme pour les États-Unis.

Bitcoin.org est plus ancien que le livre blanc de Bitcoin

Le nom de domaine Bitcoin.org a été acheté de manière anonyme en août 2009, ce qui suggère que la planification de Bitcoin en tant que nom et en tant que marque également a été préparée bien à l’avance de la date de publication de son livre blanc.

Trente-huit – le nombre de forks bitcoin actuelles

Coinmarketcap liste plus de 2000 crypto-monnaies au moment de la rédaction de ces lignes, et pas moins de trente-huit de celles-ci représentent des forks Bitcoin: Bitcoin Cash, Bitcoin Dark, Bitcoin Private, Bitcoin Green, Bitcoin Diamond, Bitcoin Atom…la liste continue.

Certaines de ces forks offrent de véritables avantages par rapport au Bitcoin original – plus de confidentialité, par exemple, ou des frais de transaction réduits. La plupart, cependant, sont tout simplement inutiles et opportunistes, ayant permis à leurs créateurs de s’enrichir au profit de certains investisseurs mal informés.

Certains pensent que cette capacité chez Bitcoin de bifurquer a été consciemment intégrée dans le protocole Bitcoin par Satoshi lui-même. Il n’est pas clair si c’est parce qu’il ou elle a prévu les conflits acerbes qui dominent le paysage bitcoin aujourd’hui, ou si c’était tout simplement pour faciliter le choix démocratique dans la façon dont une monnaie numérique devrait être gérée.

2 000 000 %

C’est le retour sur investissement du Bitcoin, si on en avait acheté à son prix le plus bas lorsqu’il est devenu disponible pour la première fois sur les bourses et revendu ensuite à son maximum en décembre 2017. Cependant, le nombre de personnes qui ont réalisé ces gains est faible.

Néanmoins, certains ont su profiter de cette aventure pécuniaire, y compris Wikileaks qui a commencé à accepter le BTC comme moyen de paiement à partir de fin 2010 lorsque cette organsiation a été mise sur la liste noire de Visa, Mastercard, PayPal et d’autres processeurs de paiement suite à une demande provenant du gouvernement américain.

En octobre 2017, Wikileaks a envoyé par la suite un tweet remerciant – de manière ironique, bien sûr – le gouvernement américain de cette démarche qui aurait permis à l’organisation de Julian Assange de récolter plus de 25 millions de dollars pour financer ses opérations.

Fondé en 2018, journaldutoken.com a pour but de vous livrer tous les développements afférents aux ICOs - les nouvelles technologies propulsées par les start-ups de la blockchain - ainsi que les crypto-monnaies qui y sont associées.

Copyright © Journal Du Token, Paris 2018.

To Top