Actualités

La plateforme Augur de paris en ligne enfin opérationnelle trois ans après son ICO

boule-de-cristal-ico-crypto

Près de trois ans après son ICO à 5 millions de dollars, Augur a enfin lancé sa plateforme décentralisée pour les marchés des paris en ligne.

Augur, dont le co-fondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin, autrefois décrit comme « Uber de la connaissance », permet aux utilisateurs de parier sur tout ce qui peut être objectivement vérifié. Plutôt que de se fier à un bookmaker centralisé, les contreparties à un pari nomment un « reporter » de confiance pour juger le gagnant. Afin de maintenir les incitations correctement alignées, les reporters doivent déposer des tokens de « réputation » (REP) pour juger le pari. Ce dépôt sera perdu si d’autres détenteurs de REP contestent la décision du journaliste.

La Forecast Foundation, l’équipe derrière Augur, a remercié sa communauté pour « les mots de soutien reçus aujourd’hui » et a déclaré qu’elle n’en serait jamais arrivée là sans « les centaines de contributeurs uniques, membres de la communauté, développeurs de logiciels, hackers et défenseurs » qui ont travaillé pendant trois ans pour concrétiser la vision initiale.

La Fondation a également pris soin d’avertir ses premiers utilisateurs qu’il s’agissait des « premiers jours » et qu’en tant que tels, ils devraient s’attendre à « des problèmes de compatibilité, des bogues et une courbe d’apprentissage pour les nouveaux utilisateurs d’applications décentralisées ».

QUESTIONS RELATIVES À L’ÉCHELLE DE L’ETHEREUM

Tom Kysar, chef des opérations à la Forecast Foundation, a déclaré à Coindesk en février qu’Augur serait probablement « l’application la plus grande et la plus complexe à essayer sur Ethereum ».

Cette complexité a conduit à craindre que si la plate-forme Augur parvient à attirer même un nombre modeste d’utilisateurs réguliers, elle pourrait mettre à rude épreuve la blockchain Ethereum, comme cela s’est produit lors du pic de popularité de Cryptokitties en décembre de l’année dernière.

La Forecast Foundation elle-même est bien consciente de ces risques. Lorsqu’on lui a demandé si elle avait pensé à utiliser une autre blockchain, le cofondateur Joey Krug a dit « nous l’avons envisagé » mais à l’heure actuelle « il n’y a pas d’alternatives vivantes et viables ». Cependant, « il y en a quelques-uns que nous examinons de très près ».

Bien que Krug dise qu’il est « assez évident » qu’Ethereum ait des problèmes d’échelle, ce n’est pas un problème pour l’instant. En fait, le fait d’avoir la blockchain comme limiteur de croissance permettra à l’équipe de s’assurer qu’il n’y a pas de failles de sécurité jusqu’à ce qu’Ethereum devienne vraiment évolutive, ce qui devrait permettre à Auger d’être prêt à être adopté par le grand public.

Fondé en 2018, journaldutoken.com a pour but de vous livrer tous les développements afférents aux ICOs - les nouvelles technologies propulsées par les start-ups de la blockchain - ainsi que les crypto-monnaies qui y sont associées.

Copyright © Journal Du Token, Paris 2018.

To Top
%d blogueurs aiment cette page :