Actualités

ECO: La crypto-monnaie mondiale imaginée par le co-fondateur d’Uber

Garrett Camp, le co-fondateur d’Uber, a annoncé être en train de concevoir une nouvelle crypto-monnaie et de vouloir en distribuer la moitié. En plus de vouloir mettre au point une nouvelle méthode de paiement globale, il espère réinventer la crypto-monnaie et l’ICO.

L’année dernière, Camp a lancé des recherches sur les crypto-monnaies. Après avoir acheté du Bitcoin et de l’Ethereum, il a eu du mal à s’enthousiasmer pour les autres. « Plus je faisais de recherches, moins j’avais envie d’en acheter en grande quantité « , a-t-il dit.

Selon lui, les crypto-monnaies sont inefficaces et incapables de traiter le volume des transactions qu’une monnaie populaire pourrait créer. Elles consomment d’énormes quantités d’énergie et sont encore cantonnées à une infime partie de la population mondiale, a-t-il expliqué. L’adoption de cette technologie par le grand public est peu probable tant que les crypto-monnaies sont « freinées par des problèmes liés à la complexité, à la praticabilité et à l’évolutivité ».

LA RECHERCHE D’ALTERNATIVES

Camp a décidé d’examiner s’il pourrait y avoir une autre façon de faire les choses. « Il vaudrait peut-être mieux lancer un nouveau projet avec une philosophie différente « , a-t-il dit, »… avec la coopération d’universités, de scientifiques et d’instituts de recherche « .

Le résultat de ces recherches est le projet Eco, nommé ainsi en raison de ses rapports avec le e-commerce, l’économie et l’écosystème, ainsi que la facilité de sa prononciation dans la plupart des langues. Conçue pour être une monnaie mondiale pour les transactions quotidiennes, elle bouleverse de nombreuses hypothèses sur ce à quoi devrait ressembler une crypto-monnaie et un ICO.

D’abord, Camp a trouvé une façon novatrice de lancer sa monnaie sur le marché. Plutôt que d’organiser un ICO, il prévoit de faire don de la moitié des 1 000 milliards de tokens Eco à un milliard de personnes qui se seraient inscrites et auraient manifesté leur intérêt. Cela devrait constituer une taille suffisamment importante d’utilisateurs de départ pour être immédiatement viable comme moyen d’échange.

L’autre moitié des jetons Eco sera distribuée entre les universités, les conseillers, les partenaires et la Fondation Eco.

RÔLE CENTRAL DES UNIVERSITÉS

Les universités jouent un rôle clé dans cet écosystème. Elles recevront 20% des Eco en échange de leur participation en tant que « nœuds ». Elles confirmeront toutes les transactions effectuées sur le réseau.

Camp soutient que cela permettra d’améliorer à la fois le nombre de transactions que le réseau peut gérer – il réclame une capacité initiale de 1 000 transactions par seconde, qui passera à 100 000 après quelques années – et de réduire les gaspillages d’énergie de nombreux mineurs.

Bien que cela aille à l’encontre de la philosophie de décentralisation de la plupart des crypto-monnaies, Camp souligne que le Bitcoin lui-même est de moins en moins distribué: « l’émergence de grands regroupements miniers a conduit à l’incertitude autour de la gouvernance à long terme, et un petit nombre d’entités contrôlent désormais la capacité minière », a-t-il déclaré.

Bien que la nécessité d’avoir des autorités de vérification des transactions soit très controversée, elle est aussi plus éco-énergétique. Les mineurs de Bitcoin rivalisent les uns avec les autres pour recevoir le jackpot, expliquant ainsi le gaspillage d’autant d’énergie par les mineurs.

Dans le système Eco, plutôt que de se faire concurrence, tous les nœuds partagent les tokens lorsque les blocs sont confirmés. Cela les incite à utiliser le moins d’énergie possible.

La plateforme est à un stade très précoce, une tendance que nous connaissons tous dans le domaine des crypto. Sa proposition de design – qui est encore loin de constituer un livre blanc – lance un appel aux contributions des parties intéressées. Donc, si vous êtes « …  expert en technologie, sécurité, économie, gouvernance, politique ou conception » et que vous voulez aider, vous pouvez envoyer un courriel à contributors@eco.com. Ou, si vous aimez juste le son de l’argent gratuit, alors vous pouvez vous inscrire pour certains sur le site Web d’Eco.

Fondé en 2018, journaldutoken.com a pour but de vous livrer tous les développements afférents aux ICOs - les nouvelles technologies propulsées par les start-ups de la blockchain - ainsi que les crypto-monnaies qui y sont associées.

ICO Sponsorisé

Copyright © Journal Du Token, Paris 2018.

To Top
%d blogueurs aiment cette page :