Blog

L’informatique quantique est-elle l’épée de Damoclès de la Blockchain ?

La Blockchain est présentée comme une technologie révolutionnaire qui est sur le point de perturber toute une série de domaines : industrie, commerce, gouvernance, droit, politique – la liste semble interminable mais au moins un risque est apparu à l’horizon, remettant en question sa viabilité à long terme.

Les caractéristiques fondamentales de la technologie Blockchain – transparence et sécurité – découlent des énigmes mathématiques qui sous-tendent un mécanisme de consensus qui, à son tour, aide à définir comment les nœuds individuels d’un réseau communiquent entre eux et s’entendent sur les données qu’ils traiteront et stockeront, le tout sans avoir à faire confiance aux autres qui font partie du même réseau.

Un problème, cependant, est que les mécanismes de consensus fonctionnent également à partir de l’hypothèse que personne n’a la capacité de surpasser la puissance informatique agrégée du réseau. Avec le progrès de l’informatique quantique, cependant, les limites théoriques de l’informatique traditionnelle sont mises à l’écart – remettant en question ainsi la sécurité de la technologie blockchain.

LA COURSE EST LANCÉE

Mais il n’y a pas que du catastrophisme pour l’instant. L’informatique quantique est à un stade embryonnaire et offre ce qui est actuellement des défis théoriques aux hypothèses qui étayent la sécurité de la blockchain.

Il existe des ordinateurs quantiques, mais ils sont excessivement chers, limités et doivent être hébergés dans un environnement cryogénique qui peut offrir le genre de températures que l’on ne trouve habituellement que dans l’espace profond.

Parmi le nombre relativement restreint d’ordinateurs quantiques qui existent, ceux-ci ne comportent généralement qu’un petit nombre de qubits – l’équivalent analogique quantique d’un bit binaire qui, grâce à la propriété quantique de superposition, peut refléter plus que les deux états associés à un bit traditionnel. En tant que tel, un ordinateur traditionnel de 32 bits ne correspondra tout simplement pas à un ordinateur quantique de 32 qubits.

Selon certains analystes, cependant, il nous reste encore dix ans avant que quiconque parvienne à construire le genre d’ordinateur quantique qui met en danger la sécurité de la blockchain. IBM prétend avoir construit une machine de 50 qubits, mais ceci ne peut générer un état quantique que pour une fraction infinitésimale d’une seconde, limitant ainsi ses cas d’utilisation.

Cela devrait donc laisser du temps à certaines personnes pour explorer activement des solutions pour contrarier cette épée de Damoclès de la Blockchain. Certaines de ces personnes forment l’équipe du projet derrière quantum1net, qui organise une ICO pour financer – en partie – les mécanismes de génération de clés cryptographiques dérivés de dispositifs à optique quantique; les types de clés que même les ordinateurs quantiques auront du mal à craquer, et ainsi prolonger l’espérance de vie de la blockchain.

« La conception de l’immutabilité de la Blockchain peut être corrompue par l’informatique quantique, mettant en danger le minage et les portefeuilles de stockage de crypto-actifs, mais la solution à ce risque réside aussi dans l’informatique quantique également, » déclare Mattias Bergstrom, PDG de Quantum1Net.

La start-up a déjà développé un prototype de ce à quoi devrait ressembler cette solution, et entreprend actuellement une ICO pour financer son déploiement, ainsi qu’une série d’autres solutions qui s’attaquent aux risques que la révolution quantique imminente fait peser sur l’infrastructure de sécurité existante.

L’informatique quantique en est cependant encore à un stade très embryonnaire et il est peut-être trop tôt pour se prononcer sur ses implications globales. Par contre, nous pouvons déjà déterminer certaines de ses limites.

« L’informatique quantique de l’avenir sera probablement basée sur le cloud, » déclare Dario Gil, chercheur en informatique quantique auprès d’IBM, lors d’une récente présentation au MIT Venture Capital & Innovation Group . « Il faut l’utiliser dans un environnement de surgélation – il est donc peu probable que vous verrez bientôt des processeurs quantiques sur votre téléphone portable. »

Fondé en 2018, journaldutoken.com a pour but de vous livrer tous les développements afférents aux ICOs - les nouvelles technologies propulsées par les start-ups de la blockchain - ainsi que les crypto-monnaies qui y sont associées.

Copyright © Journal Du Token, Paris 2018.

To Top
%d blogueurs aiment cette page :